Veuillez patienter pendant que nous traitons votre requête
Veuillez patienter...

Bill Seaman

Red Dice / Dés chiffrés

Bill Seaman, Dés chiffrés, 2000
Bill Seaman, Dés chiffrés, 2000 Affiche de l'exposition Dés chiffrés, 2001
(L'installation se compose de deux projecteurs vidéo, un ordinateur Macintosh G4, un logiciel Dés chiffrés, un lecteur de disque laser, une tablette électronique et un stylo, un système de son, un bureau, une chaise; dimensions variables.)

La fondation Daniel Langlois, en collaboration avec la Cinémathèque québécoise, présente Dés chiffrés, une œuvre interactive de l'artiste américain Bill Seaman. Dés chiffrés rend hommage à Un coup de dés jamais n'abolira le hasard, de Stéphane Mallarmé. Selon Peter Weibel, le poème de Mallarmé représente « un premier exemple d'une structure en réseau, de combinaisons aléatoires, de choix multiples [...]. » (1) Puisant dans les forces toujours vives de cet événement poétique de la modernité, l'artiste a orchestré un agencement d'éléments qui invite l'utilisateur à jongler avec les mots, les images et la musique.

Comment le sens se produit-il? Par le truchement de ses œuvres, l'artiste tente, non pas de répondre à cette question, mais plutôt de déployer la problématique du sens. Or le sens ne saurait se réduire au langage. D'autres formes de sens existent, avec leur propre champ sémantique. En assemblant différentes formes d'expression en une « poétique recombinante »(2), Seaman fait appel à notre mémoire, à notre imagination et à nos perceptions afin de tisser notre propre réseau de sens. Car non seulement le rôle actif joué par le participant est nécessaire à l'émergence du sens et revêt un aspect performatif, mais il interroge également, de façon critique, la notion d'auteur. À l'instar de ses prédécesseurs en art conceptuel, l'artiste s'efface devant son œuvre, faisant la part belle au navigateur.

Navigation, naviguer : ces mots, déjà présents dans le poème de Mallarmé, évoquent le déplacement, l'absence de fixité, le mouvement donc, et manifestent, si on les applique à la question du sens, le désir de l'artiste d'offrir une œuvre ouverte, riche en suggestions. En perpétuel devenir. La navigation comme nouvelle ontologie?

Jacques Perron © 2001 FDL

(1) Peter Weibel, « The Post-Gutenberg Book », in Artintact 3, Karlsruhe, ZKM/Cantz Verlag, 1996, p. 27, (notre traduction).

(2) D'après le titre de sa thèse de doctorat, Recombinant Poetics: Emergent Meaning as Examined and Explored Within a Specific Generative Virtual Environment, thèse soutenue en 1999 au Centre for Advanced Inquiry in the Interactive Arts à la University of Wales. Disponible pour consultation au Centre de recherche et de documentation de la fondation Daniel Langlois. Également : http://www.fondation-langlois.org/f/activites/seaman/d00001759.pdf