Veuillez patienter pendant que nous traitons votre requête
Veuillez patienter...

Deborah Hay

Solo (historique)

Deborah Hay, Fig, 1965
Deborah Hay a étudié auprès de Merce Cunningham et dansé dans sa compagnie. L'absence de hiérarchie volontaire entre musique, objets, lumières, danseurs et costumes inscrit Solo dans la lignée des réflexions du chorégraphe.

Membre du Judson Dance Theater, Deborah Hay, tout comme les autres artistes du collectif, remet en cause les conventions de la danse, y compris celles issues de la Modern Dance. La danse étant mouvement, tout mouvement peut faire l'objet d'une chorégraphie. L'une de ses explorations consiste à utiliser des objets qui engendrent des mouvements, tout en laissant le corps au repos (1). C'est ainsi qu'apparaît la figure du danseur sur une planche à roulettes, tirée par une corde, dans Fig (mai 1965). Rauschenberg recourt fréquemment à de tels supports mobiles dans ses propres performances, mais dans une optique différente : patins à roulettes pour supprimer le contact avec le sol dans Pelican (1963); planches supports de sculptures vivantes dans Linoleum (1966). 9 Evenings est pour Deborah Hay l'occasion d'approfondir cet axe de réflexion sur le mouvement, le travail avec les ingénieurs étant principalement concentré sur l'élaboration de plates-formes mobiles télécommandées.

Pourtant, l'idée originale pour le festival était de travailler avec l’ingénieur Cecil Cooker sur le son de la voix enregistrée. Ce projet intitulé alors « speech machine » consistait à provoquer une légère distorsion des voix de telle sorte qu'une conversation enregistrée au préalable sonne faux. Cette idée a été abandonnée à cause de l'acoustique de l'Armory. Elle a été utilisée pour une autre chorégraphie, dans le cadre du Concert n°3, au Now Festival à Washington (26 avril - 1er mai 1966) (2).

Clarisse Bardiot © 2006 FDL

(1) Entretien entre Deborah Hay et Clarisse Bardiot, oct. 2005.

(2) Loewen, Norma, Experiments in art and technology: a descriptive history of the organization, New York, New York University, 1975, p.54. Thèse présentée dans le cadre d'un doctorat en philosophie à l'École d'éducation, de santé, de soins infirmiers et de professions artistiques, New York University, en 1975.