Veuillez patienter pendant que nous traitons votre requête
Veuillez patienter...

Öyvind Fahlström

Kisses Sweeter than Wine (performance)

Öyvind Fahlström, Kisses Sweeter than Wine (video)
Öyvind Fahlström, Kisses Sweeter than Wine (video)
Öyvind Fahlström, Kisses Sweeter than Wine Öyvind Fahlström, Kisses Sweeter than Wine Öyvind Fahlström, Kisses Sweeter than Wine
Performance (a) présentée dans le cadre de 9 Evenings: Theatre and Engineering, The 69th Regiment Armory, New York, N.Y., États-Unis, 21-22 octobre 1966.

Conception technologique : Harold Hodges

Mise en scène : Soren Brunes; Öyvind Fahlström

Assistants de production :
Letty Lou Eisenhauer; Barbro Fahlström; Ulla Lyttkens

Accessoires : Alfons Schilling.

Interprètes :
Robert Breer; Letty Lou Eisenhauer; John Giorno; Bruce Glushakow; Tom Gormley; Jim Hardy; Cassandra Hughs; Ed Iverson; Kosugi; Larry Leitch; Les Levine; Robert Rauschenberg; Marjorie Strider; Bob Schuler; Ulla Wiggen

Bandes magnétiques diffusées :
Sveriges Radios (Stockholm, Suède), WBAI-NYC (New York, États-Unis)

Films :
Wesley Barry, « Creation of the Humanoids » (1962), Ditta Agrippa, « Acqua Sangemini », Film pédagogique de AT&T (New York)

Kisses Sweeter than Wine se divise en neuf parties composées de plusieurs saynètes collées bout à bout, sans continuité narrative. La performance met en scène des personnages d’autistes capables d’effectuer simultanément plusieurs calculs mentaux. Fahlström établit un parallèle entre ces sujets dépourvus de facultés intellectuelles normales, mais dotés de capacités de mémorisation supérieure, et l’utopie d’une machine universelle (l’ordinateur). En accumulant des références à l’actualité, il formule également un commentaire ironique sur les liens d’interdépendance entre la technologie et le militaire (la guerre du Vietnam est alors à son apogée). Fahlström emploie un système de diffusion vidéo, des magnétophones et divers projecteurs (film, diapositive) pour fragmenter la représentation théâtrale. Il crée ainsi des effets scéniques avec la technologie autant qu’il en fait un enjeu thématique. (1) 

Première partie (Frog Man) : Recouverts d’une pellicule de coton évoquant une accumulation de neige, huit interprètes gisent au sol (b). Un film représentant une rafale tombant à l’envers est ensuite projeté sur l’écran situé à l’extrême gauche du plateau. Cet écran sera utilisé au cours de la performance pour présenter des films, des images vidéo captées en circuit fermé, ainsi que des diapositives. La présente description ne rendra pas toujours compte du contenu des diapositives (dans la plupart des cas, il s’agit de cartons fournissant certaines clefs d’interprétation des saynètes se déroulant sur le plateau de l’Armory).
Au centre de cette aire, un panneau se dégage pour révéler une marionnette homme-grenouille. Un archer lui décoche une flèche qui l’atteint à la tête (c). Le pantin tombe d’abord de la chaise où il était installé. Son corps inerte est alors graduellement tiré au plafond (d). Simultanément, des formations faites de bulles de savon émergent d’un dispositif ad hoc  (e).
Diffusion d’un extrait audio du témoignage d’un toxicomane.
Diffusion d’un extrait audio où Fahlström tente de joindre par téléphone la British Trade Commission à Shanghai. La communication est engagée mais pas de réponse.

Deuxième partie (Buxton, Demonstration, Johnson Head) : Robert Rauschenberg joue le rôle de l’autiste Jedediah Buxton (f). Fahlström lui demande de répéter des indices de ventes et profits issues du cours de la Bourse. Une caméra vidéo en circuit fermé capte le visage de Rauschenberg (g).
Un interprète s’assied devant un téléviseur et se masturbe discrètement (il fera ce geste jusqu’à la cinquième partie) (h).
Couchés au sol depuis le début de la performance, les interprètes émergent désormais de la pellicule de coton. Ils portent des affiches représentant Bob Hope et Mao (i). Cette scène annonce la projection du film Mao-Hope lors de la 4e partie.
Projection à l’écran d’un film présentant une image de vents solaires (j).
Entrée d’un interprète. Il retire les bandelettes qui emmaillotent une tête d’argile haute de deux pieds à l’effigie du président Lyndon Johnson (k) (Fahlström établit un parallèle entre cette tête emmaillotée et le personnage de l’homme invisible du film de James Whales) (l). Une caméra vidéo en circuit fermé capte des fragments de la tête.
Diffusion d’un extrait de conversation entre deux spirites britanniques. Ils évoquent leur vie posthume à venir dans l’au-delà. Des extraits de cet enregistrement seront diffusés à plusieurs reprises.

Troisième partie (Charles and Georges) : Rauschenberg-Jedediah Buxton décrit les manifestants tenant des pancartes Mao-Hope vus précédemment. Simultanément, des interprètes jouant des frères jumeaux autistes entrent en scène sur des petits véhicules tout-terrain (m). Un carton informe les spectateurs que l’un des jumeaux peut associer des dates du calendrier sélectionnées au hasard avec les jours de la semaine. Fahlström le met à l’épreuve.
Des projeteurs ultraviolets éclairent le terrain enneigé au centre du plateau.
Diffusion de consignes lues par Ralph Metzer pour réaliser un exercice de respiration (enregistrement sur bande magnétique).
Les jumeaux entament une bataille d’oreillers (n). L’un des oreillers dissimule un récepteur et un haut-parleur d’où émanent des sons.
Entrée en scène d’un interprète jouant le rôle d’un barbier vietnamien. Son image est captée par la caméra en circuit fermé. Il cogne à intervalles sur un microphone. À ce moment, un carton présente un fait divers : pendant la guerre du Vietnam, un espion vietcong déguisé en barbier sud-vietnamien envoie des messages à ses troupes grâce à un petit transmetteur; chaque signal émis correspond à une cible ennemie identifiée dans le ciel.
Diffusions de bruits de moteurs d’avion, ainsi que de détonations (enregistrements sur bande magnétique).
Les jumeaux entonnent l’hymne national américain.
Diffusion d’un entretien enregistré avec un homme sourd-aveugle. D’autres extraits de cette conversation seront diffusés par la suite.
La tête de Lyndon Johnson est suspendue sur un câble et lancée contre une paroi de verre qui se pulvérise près du public (o). Noir. Désormais, seul le projecteur ultraviolet éclaire l’aire de jeu centrale.

Quatrième partie (Démonstration, Safford) : Un interprète accroche des chandails, ainsi que la tête de Lyndon Johnson, sur une corde à linge et tire celle-ci graduellement vers l’écran (p). Le film Mao-Hope y est alors projeté.
Description du film: Fahlström a orchestré une fausse manifestation sur la Cinquième Avenue près de Central Park à New York. Tandis que des individus portent des panneaux à l’effigie de Bob Hope et Mao, un journaliste de WBAI s’adresse aux piétons et leur pose la question suivante : Êtes-vous heureux? (à partir de 1973, ce film sera présenté par l’artiste comme une œuvre indépendante du contexte de la performance).
Un interprète (jouant le rôle de l’autiste surdoué Truman Henry Safford) gesticule et compte frénétiquement à haute voix (q).

Cinquième partie (Chinese Sparrows) : Une composition de Iannis Xenakis est diffusée dont le volume s’accroît tout au long de la cinquième partie. Ce tissu sonore est accompagné de battements de cœur. Des interprètes portant des cibles numérotées sur leur dos gravissent des échelles. Certains d’entre eux se trouvent sur des balançoires suspendues au plafond de l’Armory (r). Chacun d’eux finit par s’effondrer sur le terrain enneigé (s). La caméra vidéo en circuit fermé capte des fragments de leur corps. Un carton rapporte un fait divers lié à cette saynète: dans les années 1960, plus de 600 Chinois ont tapé sur des instruments de cuisine pour faire fuir des moineaux qui détruisaient leurs récoltes. Les cartons suivants établissent un parallèle entre cette anecdote et la persécution des communistes par les Américains au Vietnam. Noir.

Sixième partie (Jello Girl, Missile) : Installation au centre de la scène (entre l’écran et l’aire de jeu enneigée) d’une plate-forme sur laquelle est disposée une piscine gonflable remplie à demi de gélatine rose. Une jeune fille en bikini s’y allonge (t).
Deux interprètes munis d’yeux en carton sont filmés par la caméra vidéo en circuit fermé. Cette fois, ces derniers ne sont pas visibles sur le plateau. Seule leur image est transmise. Ils ouvrent une glacière et en sortent des petits paquets de nourriture qu’ils consomment (moment absent des captations filmiques). Les étiquettes des paquets portent les mentions suivantes : DNA Gandhi, DNA Kennedy, DNA Bob Hope, DNA Malcom X. Fahlström entre en scène et se place près de l’écran. Il dirige un crayon laser vers l’interprète devant le téléviseur.
Un film parodiant une publicité pour le ketchup Heinz est projeté (tournée à travers une lentille prismatique, l’image est multipliée 25 fois).
L’individu devant le téléviseur gonfle des préservatifs (Il est capté en gros plans par la caméra en circuit fermé). Accompagné de l’homme-grenouille, il distribue les préservatifs gonflés à certains spectateurs sélectionnés par Fahlström (ce geste est répété jusqu’à la fin de la scène).
Un interprète entre en courant avec des grenades fumigènes. Il passe rapidement devant le public assis à la première rangée et laisse derrière lui des volutes de fumée.
La jeune fille dans la piscine est captée par la caméra en circuit fermé.
Fahlström dirige son laser vers un spectateur puis le pointe vers ses organes génitaux (le rayon laser devient clairement visible grâce à la fumée laissée dans l’air par les grenades) (moment absent des captations filmiques).
Les enfants Keane quittent le plateau. L’un d’eux laisse s’échapper un ruban de celluloïd qui se déroule derrière lui sur plusieurs pieds (moment absent des captations filmiques).
En fond de scène, le barbier vietcong frappe de nouveau sur son microphone (geste intermittent jusqu’à la septième partie).
Enregistrement sonore de moteur vrombissant diffusé derrière l’écran.
Un microphone pointé vers les spectateurs capte leurs commentaires en direct.
Diffusion d’un autre extrait du témoignage d’un toxicomane. Il évoque sa relation amoureuse avec une jeune fille coréenne lorsqu’il était militaire pendant la guerre de Corée.
Un ballon de mylar en forme de missile (missile antimissile) est propulsé dans l’Armory grâce à un moteur d’avion téléguidé (u). Il se dirige vers la grappe de ballons, puis vers la section de spectateurs auxquels on a remis des condoms, et disparaît (moment absent des captations filmiques). Ce missile réapparaîtra ponctuellement jusqu’au début de la septième partie.
Projection d’un film qui présente une carte postale d’un paysage idyllique de Suède derrière laquelle un message d’insultes est adressé à Fahlström.
Ce dernier pointe alors son laser vers le coin inférieur de l’écran.
Projection de deux publicités italiennes pour l’eau minérale Acqua Sangemini.
Projection d’un gros plan de la table du barbier vietcong. Une main hors champ fixe la langue de ce dernier (une prothèse) sur la table à l’aide de broches. Les images qui suivent montrent des contenants dans lesquels se trouvent des bouts de doigts, de nez, d’oreilles. Une phrase sur un panneau fiché dans l’un des contenants se lit comme suit: « ANTI-COMMUNIST INDONESIAN FINGERS ». La main place la tête d’argile à l’effigie de Lyndon Johnson sur la table près de la tête du barbier vietcong.
Fahlström entre en scène avec des pichets remplis d’eau et d’ammoniaque qu’il versera plus tard sur l’écran du téléviseur. Ce geste fait écho à un carton qui évoque un fait divers : l’analyse de l’urine du président Sukarno par la CIA (moment absent des captations filmiques).
Diffusion d’un entretien avec la transsexuelle Pat Morgan.

Septième partie (Speech) : Fahlström livre un monologue accompagné de musique rock où il commente l’état du monde en 1966 (menace d’annihilation nucléaire, politiciens corrompus, etc.). Son monologue se transforme peu à peu en plaidoyer pour une nouvelle façon de gouverner (v).

Huitième partie (Humanoids) : Projection d’extraits du film de science-fiction The Creation of the Humanoids par Wesley Barry (1961), accompagnée de la diffusion d’un enregistrement sonore des réactions des passants lors de la manifestation Mao-Hope à Central Parc.

Neuvième partie (Space Girl) : Une planche est installée devant l’écran à 8 pieds du sol. Tous les interprètes sont couchés sur l’aire centrale, vêtus uniquement de chemises pour hommes. De la neige artificielle tombe du plafond (moment absent des captations filmiques). Une interprète féminine à demi nue se trouve sur un échafaudage qui descend graduellement au sol (w). Lorsque l’échafaudage s’immobilise, les interprètes sur l’aire centrale se lèvent et encerclent la jeune fille (x). Celle-ci marche alors sur la planche, supportant d’un bras une tête de souris en argile, et de l’autre, l’effigie de Lyndon Johnson (y). Elle est suivie en procession par les autres interprètes tandis qu’elle traverse le plateau de l’Armory (z). Ils la couvrent ensuite de guirlandes (évoquant des excréments) et lui accrochent des cubes de glace sur les avant-bras. Les formations de bulles apparaissent de nouveau à l’extrémité de la planche. En guise de conclusion, Fahlström diffuse des extraits de Tape Novel, une œuvre radiophonique composée d’un montage de bandes sonores tirées de divers films. La durée de chacune des performances est d’approximativement 100 minutes.

[Sources documentaires...]

Öyvind Fahlström, Kisses Sweeter than Wine Öyvind Fahlström, Kisses Sweeter than Wine Öyvind Fahlström, Kisses Sweeter than Wine Öyvind Fahlström, Kisses Sweeter than Wine Öyvind Fahlström, Kisses Sweeter than Wine Öyvind Fahlström, Kisses Sweeter than Wine Öyvind Fahlström, Kisses Sweeter than Wine Öyvind Fahlström, Kisses Sweeter than Wine Öyvind Fahlström, Kisses Sweeter than Wine Öyvind Fahlström, Kisses Sweeter than Wine Öyvind Fahlström, Kisses Sweeter than Wine Öyvind Fahlström, Kisses Sweeter than Wine Öyvind Fahlström, Kisses Sweeter than Wine Öyvind Fahlström, Kisses Sweeter than Wine Öyvind Fahlström, Kisses Sweeter than Wine Öyvind Fahlström, Kisses Sweeter than Wine Öyvind Fahlström, Kisses Sweeter than Wine Öyvind Fahlström, Kisses Sweeter than Wine Öyvind Fahlström, Kisses Sweeter than Wine Öyvind Fahlström, Kisses Sweeter than Wine Öyvind Fahlström, Kisses Sweeter than Wine Öyvind Fahlström, Kisses Sweeter than Wine


Vincent Bonin © 2006 FDL

(1) Paragraphe rédigé d’après l’énoncé de Öyvind Fahlström sur sa performance dans le programme 9 Evenings: Theatre and Engineering, sous la direction de Pontus Hultén et Frank Königsberg, [New York], Experiments in Art and Technology; The Foundation for Contemporary Performance Arts, [1966]. p.[4].