Veuillez patienter pendant que nous traitons votre requête
Veuillez patienter...

Billy Klüver

1927, Monaco (Principauté de Monaco) - 2004, Berkeley Heights (N.J., États-Unis)

Billy Klüver est né de parents suédois et norvégiens. En 1951, le Royal Institut of Technology de Stockholm lui décerne un diplôme de génie électrique. Dans les années 1950, il devient président de la Stockholm University Film Society et cofondateur de la Swedish Alliance of Film Societies. Lors d’un séjour à Paris (1952-1953) où il est assistant de recherche à la compagnie Thompson-Houston, Klüver rencontre l’artiste suisse Jean Tinguely grâce à son ami d’enfance, Pontus Hultén (qui fut directeur du Moderna Museet de Stockholm, Suède). Il émigre aux États-Unis en 1953 et obtient son doctorat en génie électrique de la University of California (Berkeley, Calif., États-Unis) en 1957.

L’année suivante, il se joint au groupe d’ingénieurs du Communication and Research Department de Bell Laboratories (Murray Hill, N.J., États-Unis). C’est alors que Klüver se rapproche également de la communauté d’artistes new-yorkais représentant l’avant-garde dans l’ensemble des disciplines artistiques (John Cage, Robert Rauschenberg, Jasper Johns, Andy Warhol, Merce Cunningham). Tout en devenant un témoin de ces manifestations, il participe entre autres aux happenings de Claes Oldenburg. En 1960, il conçoit les composants mécaniques et supervise le fonctionnement d’Hommage à New York, la sculpture autodestructrice de Jean Tinguely présentée dans le jardin du Museum of Modern Art (New York, N.Y., États-Unis). Au début des années 1960, Klüver est le commissaire de deux expositions au Moderna Museet : Art in Motion (1961) et Four Americans: Alfred Leslie, Richard Stankiewicz, Jasper Johns and Robert Rauschenberg (1962). Peu après Hommage à New York, Robert Rauschenberg lui demande d’élaborer les composants technologiques de son œuvre sonore Oracle (1962-1965).

À cette époque, Klüver construit également les tubes de néon sans fil des sculptures Field Painting (1963) et Zone (1966) de Jasper Johns. Par la suite, il met au point des transmetteurs radio miniatures permettant à la chorégraphe Yvonne Rainer d'amplifier les sons de sa respiration dans At My Body’s House (1964). En 1965, avec l’ingénieur et collègue de Bell Laboratories Harold Hodges, il fabrique des sacs flottants remplis d’hélium utilisés par Andy Warhol dans son installation Silver Clouds (1965-1966). Pour Variations V (1965) de John Cage, il conçoit (avec Cecil Coker) des cellules photoélectriques déclenchant aléatoirement divers événements sonores et lumineux.

En 1965, Klüver sollicite l'expertise d'ingénieurs du centre de recherche Bell Laboratories (Murray Hill, N.J., États-Unis) pour réaliser une série d’événements faisant se côtoyer théâtre d'avant-garde, danse et nouvelles technologies. D’abord prévu dans le cadre d’un festival à Stockholm, Klüver présente 9 Evenings: Theatre and Engineering au 69th Regiment Armory (New York, N.Y., États-Unis) du 13 au 23 octobre 1966. En novembre de cette même année, il fonde Experiments in Art and Technology (E.A.T.) avec Fred Waldhauer, Robert Rauschenberg et Robert Whitman. Cet organisme à but non lucratif principalement actif dans les années soixante, soixante-dix et quatre-vingt a pour mandat de rapprocher les disciplines artistiques, le monde scientifique et l'industrie autour de projets mobilisant des intervenants de chacun des secteurs d'activités.

En 1968, Billy Klüver quitte Bell Telephone Laboratories pour se consacrer exclusivement à E.A.T. dont il devient le président-directeur général. Pour des descriptions de projets réalisés par Klüver dans le cadre d’E.A.T., voir les instruments de recherche de la Collection de documents publiés par Experiments in Art and Technology (E.A.T.). Depuis le début des années 1960, Klüver publie plusieurs articles témoignant de ses collaborations avec les artistes et exposant ses thèses sur la technologie comme catalyseur de changements sociaux. Il rédige également (avec Julie Martin) Kiki’s Paris: Artists and Lovers, 1900 – 1930, monographie au sujet du modèle Kiki de Montparnasse et A Day with Picasso, ouvrage reconstituant une journée dans la vie de quelques artistes parisiens, dont Picasso et Max Jacob, à partir d’une série de photographies de Jean Cocteau. En 2002, Billy Klüver est reçu Chevalier de l’Ordre de la Légion d’honneur en France.

[Documents disponibles dans la collection sur Billy Klüver...] 

[Documents disponibles dans la collection par Billy Klüver...] 

Vincent Bonin © 2006 FDL

Table des matières :



Pages liées :