Veuillez patienter pendant que nous traitons votre requête
Veuillez patienter...

David Tudor

Bandoneon! (a combine) (performance)

David Tudor, Bandoneon! (a combine) (video)
David Tudor, Bandoneon! (a combine) (video)
David Tudor, Bandoneon! (a combine) David Tudor, Bandoneon! (a combine) David Tudor, Bandoneon! (a combine)
Performance (a) présentée dans le cadre de 9 Evenings: Theatre and Engineering, The 69th Regiment Armory, New York, N.Y., États-Unis, 14-18 octobre 1966.

Conception technologique : Fred Waldhauer

Aide à la conception et à la fabrication de composants technologiques :
David Behrman; Anthony Gnazzo

Interprète : David Tudor

Conception du « Vochrome » : Bob Kieronski

Conception du « Proportional Control System » : Fred Waldhauer

Conception et manipulation du « TV Oscillator » : Lowell Cross

Pilotage des plates-formes téléguidées :
David Behrman; Per Biorn; Anthony Gnazzo; Billy Kluver; James Tenney

Conception des éclairages : Jennifer Tipton, Beverly Emmons (assistante)

Dans Bandoneon! (a combine), David Tudor met en circuit un instrument traditionnel (le bandonéon) avec un assemblage de composants technologiques (modulateurs de fréquences, amplificateurs, oscilloscopes). D’abord imperceptibles, les tonalités du bandonéon sont converties en signaux électroniques et traduits sur le plan sonore ou visuel (vidéo). Cependant, le lien entre l’entrée et la sortie de l’information n’est pas rompu, car le jeu de l’interprète survit à travers les filtres superposés. En revanche, à certains moments, Tudor choisit d’exploiter les interférences et les retards plutôt que la causalité. Parallèlement, des éléments sculpturaux guidés à distance par d’autres interprètes déplacent certaines sources sonores dans l’espace. Elles rendent ainsi cette trajectoire à la fois audible et visible (1).

Au début de chacune des performances, un plateau rectangulaire de 16 par 24 pieds est installé à la vue des spectateurs (b), (c). David Tudor, Fred Waldhauer et Robert Kieronski prennent place sur cette aire de jeu légèrement surélevée, ainsi que cinq individus pilotant des plates-formes téléguidées lors de la performance du 14 octobre (elles ne seront pas utilisées le 18 octobre) (d). En plus de divers composants technologiques reliés à la régie centrale de l’Armory, cette structure accueille huit projecteurs lumineux et cinq antennes permettant d’émettre un signal radio vers les plates-formes. Des écrans (deux pendant la première performance, trois lors de la seconde) sont placés en fond de scène (e). David Tudor joue d’un bandonéon (f) dont le soufflet (g) est pourvu de microphones de contact captant les sources sonores. Une fois traduites en signal, celles-ci transitent instantanément vers divers composants technologiques (Vochrome de Robert Kieronski (2), TV Oscillator de Lowell Cross (3)) et sont réparties à travers les huit sources d’éclairage ou le système de douze haut-parleurs. Le jeu de Tudor avec cet instrument (changement de tessiture et d’intervalle, intensité sonore, type d’attaque, changement de tempo, etc.) est perceptible dans le timbre des bruits électroniques, le clignotement des projecteurs lumineux, ainsi que la modulation de l’image vidéo projetée sur l’écran (h), (i), (j), (k), (l), (m), (n). Cette détermination des effets par le jeu se rompt quelquefois grâce à un mécanisme de retard. Tandis que les autres projecteurs clignotent, une lumière peut ainsi rester allumée pendant une minute. Il arrive également que Tudor emploie une manette liée à une composante de son instrument pour couper brusquement le flux de l’information et rendre audible l’écho des sons se répercutant au plafond de l’Armory. De plus, le Proportional Control System permet de moduler le volume sonore et l’intensité des lumières (o), (p). De cette manière, l’éclairage est subtilement gradué. (4) Lorsque les plates-formes se mettent à circuler dans la partie centrale du plateau, les spectateurs constatent que celles-ci se greffent de petits haut-parleurs et sont pourvues d’objets métalliques vibrant en fonction de l’intensité des sons émis (q), (r), (s), (t), (u), (v), (w), (x). La durée de chacune des performances n’est pas mentionnée dans les documents consultés pour rédiger cette notice.

[Sources documentaires...]

David Tudor, Bandoneon! (a combine) David Tudor, Bandoneon! (a combine) David Tudor, Bandoneon! (a combine) David Tudor, Bandoneon! (a combine) David Tudor, Bandoneon! (a combine) David Tudor, Bandoneon! (a combine) David Tudor, Bandoneon! (a combine) David Tudor, Bandoneon! (a combine) David Tudor, Bandoneon! (a combine) David Tudor, Bandoneon! (a combine) David Tudor, Bandoneon! (a combine) Table de contrôle du Proportional Control System David Tudor, Bandoneon! (a combine) David Tudor, Bandoneon! (a combine) David Tudor, Bandoneon! (a combine) David Tudor, Bandoneon! (a combine) David Tudor, Bandoneon! (a combine) David Tudor, Bandoneon! (a combine) David Tudor, Bandoneon! (a combine) David Tudor, Bandoneon! (a combine)


Vincent Bonin © 2006 FDL

(1) Paragraphe rédigé d’après l’énoncé de David Tudor sur sa performance dans le programme 9 Evenings: Theatre and Engineering, sous la direction de Pontus Hultén et Frank Königsberg, [New York], Experiments in Art and Technology; The Foundation for Contemporary Performance Arts, [1966].

(2) Voir la fiche du « Vochrome »

(3) Voir la fiche du « TV Oscillator »

(4) Voir la fiche du « Proportional Control System »