Veuillez patienter pendant que nous traitons votre requête
Veuillez patienter...

Alex Hay

Grass Field (performance)

Alex Hay, Grass Field (video)
Alex Hay, Grass Field (video)
Alex Hay, Grass Field Alex Hay, Grass Field Alex Hay, Grass Field
Performance (a) présentée dans le cadre de 9 Evenings: Theatre and Engineering, The 69th Regiment Armory, New York, N.Y., États-Unis, 13-22 octobre 1966.

Conception technologique :
Herb Schneider; Pete Cumminski; Robert Kieronski; Fred Waldhauer; Martin Wazowicz; Cecil Coker

Interprètes :
Alex Hay; Robert Rauschenberg; Steve Paxton

Soutien technique :
David Davis; Cecil Coker; Fred Waldhauer; Mont Sinai Hospital; Mount Sinai Laboratory for Technical Information

Spatialisation sonore : David Tudor

Conception des éclairages : Jennifer Tipton, Beverly Emmons (assistante)

Alex Hay structure le contenu, ainsi que le déroulement de Grass Field selon trois paramètres : 1. l’amplification et la traduction sur le plan sonore de phénomènes biologiques inaudibles; 2. l’uniformité chromatique du plateau (vêtements, autres accessoires); 3. l’attribution d’une tâche unique aux interprètes. Lors du premier moment de la performance, Hay établit clairement le lien de causalité entre son activité musculaire et le système d’amplification. Plus tard, il s’immobilise pour souligner que le mouvement persiste également à un niveau microscopique. Le système filtre alors des données issues de phénomènes plus constants (ondes alpha du cerveau, clignement des yeux) (1).

Premier moment : Deux piles de carrés de toile numérotés se trouvent au centre de l’Armory. Ces derniers sont de couleur chair, ainsi que les costumes portés par les interprètes lors de la performance. Alex Hay entre en scène et les distribue graduellement sur le sol pour former une grille qui couvre entièrement la partie centrale du plateau (b), (c), (d), (e). Sa trajectoire crée une séquence aléatoire très visible pour les spectateurs (f), (g).

Tout au long de la performance, les haut-parleurs de l’Armory diffusent des ondes sinusoïdales et autres sons électroniques, dont les variations d’amplitude ainsi que le timbre traduisent les fluctuations des fonctions biologiques de Hay. Pour produire ce phénomène, des électrodes sont placées sur sa tête et ses muscles dorsaux. Les transmetteurs radio à piles qu’il porte derrière lui permettent d’acheminer le signal vers la console son (h). Lors de ce premier moment de la performance, le voltage généré par le travail des muscles infléchit la valeur du signal, modulant corollairement les sons diffusés.

Deuxième moment : Alex Hay s’immobilise pour tenter de stabiliser le flux des données biologiques. Il s’assied alors au centre de la scène, devant une caméra qui capte sa tête en gros plan (i). Le circuit fermé vidéo rend visibles des mouvements involontaires, tels que le clignement des paupières et les signes de fatigue (j), (k), (l), (m), (n), (o), (p), (q).

Lors de la performance du 22 octobre, un petit projecteur de scène éclaire Hay et ajoute ainsi de la clarté à l’image projetée. Un microphone est également placé sur sa gorge, amplifiant cette fois des sons réellement émis par le corps. Pendant cette représentation, les ingénieurs ont réparé certains composants défectueux du système d’amplification (r). Tandis que Hay se maintient dans cette posture, Robert Rauschenberg et Steve Paxton entrent en scène avec des perches pour récupérer les morceaux de toile (chacun investit un côté de la scène). Contrairement à la trajectoire aléatoire de Hay, ces deux interprètes suivent une séquence chronologique d’un chiffre à l’autre. Ils empilent ensuite les morceaux près du corps de Hay (s), (t), (u), (v), (w). Lorsque l’un d’entre eux a complété son côté de scène, il se tient sur sa perche et attend que son voisin finisse (x), (y). Une fois leur tâche achevée, tous deux quittent le plateau accompagné de Hay (z). La durée de chacune des performances n’est pas mentionnée dans les documents consultés pour rédiger cette notice.

[Sources documentaires...]

Alex Hay, Grass Field Alex Hay, Grass Field Alex Hay, Grass Field Alex Hay, Grass Field Alex Hay, Grass Field Alex Hay, Grass Field Alex Hay, Grass Field Alex Hay, Grass Field Alex Hay, Grass Field Alex Hay, Grass Field Alex Hay, Grass Field Alex Hay, Grass Field Alex Hay, Grass Field Alex Hay, Grass Field Alex Hay, Grass Field Alex Hay, Grass Field Alex Hay, Grass Field Alex Hay, Grass Field Alex Hay, Grass Field Alex Hay, Grass Field Alex Hay, Grass Field Alex Hay, Grass Field


Vincent Bonin © 2006 FDL

(1) Paragraphe rédigé d’après l’énoncé d’intention d’Alex Hay dans le programme. Voir : 9 Evenings: Theatre and Engineering, sous la direction de Pontus Hultén et Frank Königsberg, [New York], Experiments in Art and Technology; The Foundation for Contemporary Performance Arts, [1966]. p.[6].