Veuillez patienter pendant que nous traitons votre requête
Veuillez patienter...

Alex Hay

Grass Field (historique)

Alex Hay et Lucinda Childs lors d'une réunion préparatoire à Stony Points
Plasticien, Alex Hay est dans la première moitié des années 1960 l'assistant de Robert Rauschenberg pour les scénographies des chorégraphies de Merce Cunningham. Il rejoint le Judson Dance Theater avec sa femme, Deborah Hay, dès les débuts du collectif, en 1963. Dans ce cadre, il participe à plusieurs chorégraphies, comme danseur amateur ou comme scénographe. En 1963, pour le Concert #13, il conçoit et interprète une performance, Prairie, où il escalade une sculpture métallique de Charles Ross, tandis qu'une bande-son demande ironiquement à plusieurs reprises : « Êtes-vous installés confortablement? » Déjà, Hay tente d'attirer l'attention du spectateur sur la situation du corps en scène, dans le temps et le lieu de la performance.

L'utilisation de capteurs pour amplifier et rendre audible des phénomènes physiologiques pour Grass Field inscrit Alex Hay dans tout un courant de recherches artistiques qui prend son essor au début des années 1960, conjointement dans la danse et la musique, et en écho à des recherches médicales, notamment sur le cerveau. En danse, un exemple de cette démarche est At My Body's House d’Yvonne Rainer en 1964, où un micro fixé autour de sa gorge amplifie les sons de sa respiration. Dans le domaine musical, en 1965, Alvin Lucier fait de la transformation des ondes alpha en son, l'objet de sa performance intitulée Music for Solo Performer  (1). Cage a recours au même principe dans sa propre performance pour 9 Evenings.

Clarisse Bardiot © 2006 FDL

(1) Mumma, Gordon, « Alvin Lucier's music for solo performer 1965 », Source: Music of the Avant-Garde, vol. 1, n° 2, juillet 1967, p.68-69.