Veuillez patienter pendant que nous traitons votre requête
Veuillez patienter...

Robert Whitman

Two Holes of Water - 3 (performance)

Robert Whitman, Two Holes of Water - 3 (video)
Robert Whitman, Two Holes of Water - 3 (video)
Robert Whitman, Two Holes of Water - 3 Robert Whitman, Two Holes of Water - 3 Robert Whitman, Two Holes of Water - 3
Performance (a) présentée dans le cadre de 9 Evenings: Theatre and Engineering, The 69th Regiment Armory, New York, N.Y., États-Unis, 18-19 octobre 1966.

Conception technologique : Robby Robinson

Soutien technique pour les captations vidéo en circuit fermé : Bill Hartig

Interprètes :
Melynda Albrecht; Karen Bacon; Max Baker; Per Biorn; Robert Breer; Trisha Brown; Gloria Bryant; Ken Dewey; Simone Forti; John Giorno; Alex Hay; Julie Judd; Jane Kramer; Jackie Leavitt; Vernon Lobb; Suzanne de Maria; Julie Martin; Gil Miller; Toby Mussman; Hala Piepkiewicz; Bob Savage; Karl Schenzer; Malinda Teel

Conception des éclairages : Jennifer Tipton, Beverly Emmons (assistante)

Dans Two Holes of Water-3, Robert Whitman juxtapose les temporalités propres au cinéma et à la vidéo par le truchement de l’espace théâtral. Il veut ainsi souligner que le premier média enregistre des traces événementielles, tandis que le deuxième fait apparaître et disparaître son contenu en temps réel (aucun enregistrement d’émissions télévisuelles n’est utilisé lors de la performance). Pour ce faire, Whitman emploie des caméras de télévision sur le plateau, puis projette côte à côte les pistes d’images qui en résultent avec des extraits de films 16 mm (de sources diverses, certains de courts-métrages réalisés par l’artiste). L’environnement scénique évoque le ciné-parc (des voitures sont utilisées comme points d’origine des projections) (1).

Premier moment : Six projectionnistes dans des voitures couvertes de bâches semi-transparentes et munies de projecteurs (3 projecteurs 16 mm, 3 projecteurs vidéo) attendent un signal de Robert Whitman pour démarrer. Accroché au balcon, un écran de papier couvre trois côtés de l’Armory (b). Deux autres écrans de plus petite taille sont placés respectivement à droite du plateau et au sol. Le moteur d’une septième voiture se déclenche et celle-ci émerge du monte-charge (le bruit du moteur est amplifié grâce à un microphone de contact posé sur le tuyau d'échappement). Cette voiture s’arrête ensuite devant l’écran droit. Derrière celui-ci, un projecteur 16 mm diffuse déjà un film (c). Les autres véhicules prennent lentement position en parallèle avec la grande surface de projection en fond de scène.

Deuxième moment : Lorsque chaque voiture est immobilisée, le projecteur qu’elle contient s’allume (branchés au plafond, les câbles d’alimentation de ces projecteurs sont remis aux participants avant la performance). Aux commandes de la régie sur le balcon, Robert Whitman sélectionne chacune des sources et produit un montage en direct (d), (e). Ponctuellement, il envoie un signal vers les projectionnistes cinéma dans les voitures pour qu’ils ferment leurs projecteurs. Parallèlement à la diffusion d’un matériau préenregistré, des images sont également captées en temps réel grâce à sept caméras vidéo.

Simultanément : Les Levine et Suzanne de Maria sortent du véhicule stationné devant l’écran de droite (f). Levine est alors muni d’une lentille mobile liée par fibre optique à une caméra qui capte des plans rapprochés du corps de l’interprète féminine. Ces images sont retransmises en circuit fermé (g), (h), (i). À intervalle, une autre caméra placée au sol de l’Armory filme de Maria versant le contenu d’une cruche dans une paire de bottes (bruit de l’eau amplifié). Au balcon, Toby Mussman dirige sa caméra vers Trisha Brown et Mimi Miller bougeant lentement près d’un grand miroir conçu pour produire des effets d’optique (j), (k), (l), (m), (n). Sous le balcon, l’écran expose alternativement l’image des deux interprètes et leur reflet déformé dans le miroir. À la droite de cette aire de jeu sur le balcon, Jackie Leavitt est filmée tapant à la machine (bruit des touches amplifié) (o). Son image est également diffusée en circuit fermé. Elle cesse parfois de travailler, quitte sa position assise, et se tient ensuite debout sans bouger devant l’objectif de la caméra (p), (q). Un dispositif de départage du signal permet de projeter deux pistes contiguës sur le grand écran qui représentent la partie inférieure et supérieure de son corps. Par ailleurs, d’autres sources d’images montées en direct proviennent d’émissions de télévision interceptées au moment de la performance : (spot pour Pepsodent, bulletins de nouvelles, etc.) (r). Les projections filmiques quant à elles font s’enchaîner des extraits de films documentaires et publicitaires (plans tournés sous l’eau, faune en Alaska : pingouins, reines, aigles, vol d’avion au-dessus d’un paysage) (s), (t), ainsi que des films réalisés par Whitman. Ces courts-métrages mettent en scène des gestes quotidiens : une femme s’habillant et se déshabillant, un homme se rasant, etc (u), (v), (w), (x). Certains d’entre eux sont tournés avec un dispositif optique utilisant deux miroirs parallèles pour capter plusieurs points de vue à la fois. Les bandes-son des films et des émissions télévisuelles sont coupées. Outre les sons captés lors de la performance grâce à des microphones de contact, Whitman diffuse des enregistrements de grillons saisis près d’un étang et un discours du philosophe Bertrand Russel au volume si élevé que son contenu en devient inintelligible. Whitman demande quelquefois à des projectionnistes dans les véhicules de klaxonner simultanément.

Troisième moment : Lorsque prennent fin les séquences filmiques, les projecteurs s’éteignent et l’éclairage salle revient. Les projectionnistes quittent alors leurs véhicules pour se diriger vers la coulisse (y), (z). La durée de chacune des performances n’est pas mentionnée dans les documents consultés pour rédiger cette notice.

[Sources documentaires...]

Robert Whitman, Two Holes of Water - 3 Robert Whitman, Two Holes of Water - 3 Robert Whitman, Two Holes of Water - 3 Robert Whitman, Two Holes of Water - 3 Robert Whitman, Two Holes of Water - 3 Robert Whitman, Two Holes of Water - 3 Robert Whitman, Two Holes of Water - 3 Robert Whitman, Two Holes of Water - 3 Robert Whitman, Two Holes of Water - 3 Robert Whitman, Two Holes of Water - 3 Robert Whitman, Two Holes of Water - 3 Robert Whitman, Two Holes of Water - 3 Robert Whitman, Two Holes of Water - 3 Robert Whitman, Two Holes of Water - 3 Robert Whitman, Two Holes of Water - 3 Robert Whitman, Two Holes of Water - 3 Robert Whitman, Two Holes of Water - 3 Robert Whitman, Two Holes of Water - 3 Robert Whitman, Two Holes of Water - 3 Robert Whitman, Two Holes of Water - 3 Robert Whitman, Two Holes of Water - 3 Robert Whitman, Two Holes of Water - 3


Vincent Bonin © 2006 FDL

(1) Paragraphe rédigé d’après l’énoncé d’intention de Robert Whitman dans le programme. Voir : 9 Evenings: Theatre and Engineering, sous la direction de Pontus Hultén et Frank Königsberg, [New York], Experiments in Art and Technology; The Foundation for Contemporary Performance Arts, [1966]. p.[11].