Veuillez patienter pendant que nous traitons votre requête
Veuillez patienter...

Susanne Jaschko

Chercheur résident, 2005

Projet de recherche sur la conception temporelle et spatiale de l’art de l’installation s’appuyant sur les nouveaux médias

Basée à Berlin, Susanne Jaschko est commissaire et chercheuse indépendante en art médiatique. De 2000 à 2004, elle a été directrice adjointe et commissaire de transmediale – international media art festival berlin. Son travail de commissaire et de scientifique porte principalement sur l’art interactif et l’image numérique mobile. Ses fonctions auprès du festival consistaient surtout à organiser les expositions et à renforcer les collaborations internationales.

Elle a été conférencière invitée à la Statens Kunstakadmie d’Oslo, Norvège, et à l’Université de Leipzig, Allemagne, où elle a enseigné au département de science des médias et des communications. Elle enseigne également ailleurs dans le monde et donne des présentations sur l’art médiatique et la culture.

Mme Jaschko est titulaire d’un Ph.D. du Rheinisch-Westfälische Hochschule Aachen, Allemagne, où elle a rédigé une thèse intitulée Self-portraiture et self-understanding in the painting of the GDR from 1945 to the '80s (Autoportrait et connaissance de soi dans la peinture de la RDA depuis 1945 jusqu’aux années 1980).

Le projet de Mme Jaschko au Centre de recherche et de documentation (CR+D) de la fondation Daniel Langlois portera sur la « réalité » spatiale des œuvres d’art.

Sa recherche s’appuiera sur les ressources substantielles du CR+D, comme le fonds Steina et Woody Vasulka, et plus particulièrement les installations vidéo. Elle s'appuyera aussi sur la documentation générale concernant les projets soutenus par la fondation, tels que ceux de Jessica Loseby, Luc Courchesne, David Rokeby et Adam Zaretsky.

Mme Jaschko entend analyser certaines œuvres d’art médiatique historiques et actuelles ainsi que leurs conditions spatiales et temporelles respectives, afin de montrer le développement artistique des premières œuvres jusqu’aux plus contemporaines en réfléchissant à ces conditions. Elle cherche à révéler les différences entre le comportement prévu et réel des visiteurs par rapport aux œuvres d’art médiatique axées sur le temps et l’espace et, ce faisant, favoriser le perfectionnement de la production artistique future. Les différences culturelles dans le caractère temporel et spatial des œuvres seront déterminées par le recours à une perspective interculturelle. En découvrant et en exposant les modèles et les principes de la conception temporelle et spatiale qui contribuent à définir et à catégoriser les installations d’art médiatique, Mme Jaschko espère sensibiliser les gens à l’importance des dimensions et perceptions temporelles et spatiales d’une œuvre et améliorer le travail de conservation de l’art médiatique. Enfin, en comblant l’écart entre la recherche courante sur l’art médiatique orientée vers la technologie et la théorie et la science portant sur l’art contemporain, elle est persuadée que l’enseignement de la théorie et de la pratique de l’art médiatique peut être amélioré.

© 2005 FDL