Veuillez patienter pendant que nous traitons votre requête
Veuillez patienter...

Gary Hill

Biographie

Gary Hill, Dervish, 1993-1995
Gary Hill s’intéresse essentiellement aux formes abstraites de vidéo et estime fondamental de déconstruire la vidéo sur tous les plans possibles, afin d’articuler un langage électronique propre au médium. Hill se penche surtout sur les relations images-sons. Cependant, à la différence des Vasulka et de Paik, il développe son vocabulaire électronique en fonction de systèmes de langage.

Dès les années 1970, Hill travaille avec la vidéo et utilise le processeur de balayage Rutt/Etra ainsi que le synthétiseur vidéo électronique d’Eric Siegel; il cherche à s’éloigner des types photographiques d’images et à créer de nouvelles formes en recombinant des éléments dissociés (texte, image et langage). À ses yeux, le développement du vocabulaire électronique est une question de langage, car le processus temporel d’écriture en vidéo correspond à la succession de processus de la pensée et de leur articulation verbale. Le moment spécifique de la vidéo qui engendre ce mouvement réside dans le processus de rétroaction. Hill disait dans une interview, « J’ai d’abord utilisé la vidéo en 1973. [...] La vidéo permettait une sorte de jeu en temps réel, la possibilité de “penser tout haut”. C’était un processus accessible immédiatement et, apparemment, un parallèle beaucoup plus rapproché de la pensée. [...] Le temps, voilà ce qui est central à la vidéo; ce n’est pas de voir comme le laissent sous-entendre ses racines étymologiques. Le principe intrinsèque de la vidéo est la rétroaction. Ce n’est pas le temps linéaire, mais un mouvement lié à la pensée - une topologie du temps qui est accessible. » (1)

(1) Gary Hill, « Inter-view » dans Gary Hill, Ausstellungskatalog, Amsterdam, Stedelijk Museum, Vienne, Kunsthalle Wien, 1993, p. 13.