Veuillez patienter pendant que nous traitons votre requête
Veuillez patienter...

Robert Cahen

Biographie

Le travail de Robert Cahen avec la vidéo découle d’abord de ses études en composition électroacoustique avec Michel Chion et Pierre Schaeffer au Conservatoire national supérieur de musique (CNSM) à Paris, à la fin des années 1960 et au début des années 1970. C’est dans ce contexte qu’est née son esthétique vidéo, fondée sur les principes de temps dans la structure musicale et l’ambivalence des divers « fuseaux horaires » en interaction les uns avec les autres. Fait intéressant, Cahen révèle cette structure par des éléments narratifs dérivant du cinéma : dans Juste le temps (1983, FR), le motif narratif d’un voyage en train sert à imbriquer différentes expériences de temps associées à une femme assise dans un compartiment de train et à un homme qui entre dans ce compartiment. Lorsqu’ils s’observent l’un l’autre et regardent par la fenêtre, l’image est traitée temporellement par balayage (à la manière du processeur de balayage Rutt/Etra utilisé par les Vasulka et Gary Hill). Le chevauchement de ces différentes images engendre une composition abstraite, un passage d’images (défilement – un terme introduit par Thierry Kuntzel), qui ne peut être attribué au point de vue de chaque personnage. Dans une interview avec Jean-Paul Fargier, Cahen expliquait que « Pour Juste le temps c'était la position du voyageur assis. L'impression que ce voyageur a de ce qui défile. Je voulais montrer que quand on regarde loin, on ne retient pas la même chose que quand on regarde près. » (1)

(1) « Entretien avec Robert Cahen », Cahiers du Cinéma, Hors Série, « Où va la vidéo? » sous la direction de Jean-Paul Fargier, 1986, p. 40.